Ce Premier Novembre, c’était SOIREE THEATRE à Saint-Antoine de Ficalba

Bouts d’Guerre : une pièce de théâtre poignante, pour évoquer la « Grande boucherie » de 14-18.

Un enchaînement de séquences, parfaitement orchestré, pour donner une idée du vécu de la grande guerre qui fit des millions de morts dans le monde entier.

 

De la mort de Jaurès, qui la précéda, au laborieux et douloureux retour à la vie civile qui la suivit, Bouts d’Guerre brosse un panorama de ce qui s’est passé pendant la guerre de 14-18, il y a tout juste un siècle, en Europe, et en France en particulier.

Du départ, la fleur au fusil, ou contraint par l’ordre de mobilisation, au retour du carnage, tout est évoqué, sommairement certes, mais avec grande force de conviction.

L’organisation de la vie économique et sociale, sans les hommes, l’attente fébrile des nouvelles, l’horreur des champs de bataille, les survivants estropiés et déboussolés : tout est dit en 50 minutes en une remarquable série de scènes qui s’enchaînent étonnamment  et avec bonheur.

Superbe composition, magistralement mise en scène et interprétée par la troupe de l’Art du Hasard.

 

Une cinquantaine de personnes dans la petite salle des fêtes de Saint-Antoine (Pas mal pour un jour de Toussaint à 18 h).

 

Avec comme happy end, un petit repas convivial réunissant acteurs et public au Fical’Rock…

Bravo aux organisateurs et grand merci à Pascale Granados, cheville ouvrière de cette soirée organisée par la MAIRIE et l’association VIVRE SAINT-ANTOINE.

Gérard Formaggio

Le Boulanger, pâtissier, chocolatier de Saint-Antoine, à l’honneur…

Dans la Dépêche du Midi du 1° Novembre 2017 :

Découverte du chocolat de Jean-Marie

Visite initiée par Michèle Carretey, Antonine./ Photo DDM. M.-P.Rabez
Visite initiée par Michèle Carretey, Antonine./ Photo DDM. M.-P.Rabez

Le boulanger-pâtissier antonin est aussi chocolatier, référence en son milieu professionnel. Ces dernières années, il n’a pas manqué de tenir son atelier sur des salons du chocolat et désormais il ne manque pas d’expliquer sa fabrication des chocolats dont celui dit «pour diabétiques» qui fait fureur depuis sa création ! Cette fois, Jean-Marie Conges et Isabelle, son épouse, ouvraient le labo de leur commerce à des résidants de l’EHPAD villeneuvois de Gajac. Venu avec les animatrices, le groupe n’a pas manqué de poser des questions et les réponses intéressantes ont bien plu ; mais il faut reconnaître tout de même que c’est la dégustation de plusieurs sortes de chocolats au fur et à mesure des étapes de fabrication qui a été le clou de la séance ! Les palais ont su apprécier, chacun s’est ainsi régalé.