La Conférence de Pèire Boissière du 23 Septembre 2016…

C’était l’événement culturel de la saison : la conférence sur les noms de lieux de la commune, de ce vendredi soir 23 Septembre 2016, à la Bibliothèque Marceau Esquieu à Saint Antoine de Ficalba.

noms-de-lieux-23-9-16-003

La salle de conférences était pleine à craquer. Les Antonins ont manifesté un réel intérêt pour l’histoire et la toponymie des lieux-dits qu’ils habitent : Fongrauline, Landier, Pech de lard, Roujol, Rebelle, etc…

noms-de-lieux-23-9-16-004

Merci aux Bénévoles de la Bibliothèque Municipale et merci à l’Association Vivre Saint-Antoine pour nous avoir offert cette remarquable Conférence de Pèire Boissière, Chercheur, Conteur, Chanteur Occitan et surtout Président de l’Ecole Occitane d’Eté.

noms-de-lieux-23-9-16-002

A l’occasion de cette Conférence, le Graff, portrait Géant (6 m²) de Marceau Esquieu a été exposé et présenté au public. (Oeuvre de Zélie Graff – Juin 2015)

marceau-1

Dans la Dépêche du Midi du 29 Septembre 2016 :

Les noms de lieux et sites nous renseignent sur notre passé

Une cinquantaine de personnes sont venues au rendez-vous de l’occitan et du patois local car un «pro» de la question Péire Boissières était annoncé pour développer l’origine et la signification de certains noms de famille, de sites et lieux du secteur. Et ce fut passionnant car l’on habite dans le village et sa campagne a des endroits qui nous sont familiers sans forcément savoir d’où ils tiennent leur(s) appellation(s).

Dans un exposé clair, amené avec simplicité et grande passion, le moustachu conférencier érudit a beaucoup intéressé.

On a ainsi découvert que Fonbourugues en occitan «Fontborruga» signifiait une fontaine, Fontgrouline «Foungrawlino» veut dire la source, «Le Cap de l’Homme» ou «Lo Cap de l’Ôme» veut en réalité dire «Le Cap de l’Orme» (il y avait antan une rangée de cet arbre et oralement cela a été transformé !), «Le Bois joli de Martel» ou «Lo Bosc de Martel», Bordeneuve en occitan, «Bordenueva» voulant dire bâtiment de ferme…

Le conférencier entra dans les détails historiques permettant au public d’intervenir et d’apporter des précisions souvent liées à des souvenirs d’enfance. Très intéressante rencontre due à «Vivre St-Antoine» et la bibliothèque locale.

La Dépêche du Midi

conf-pb-23-9-16

Pierre Boissières a su passionner son public d’anciens du village et de plus loin très intéressés./Photo DDM. Marie-Paule Rabez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.