La Passerelle de Saint-Antoine, suite… mais pas fin…

Dans la Dépêche du Midi du 10 Avril 2017 :

L’Etat défend la passerelle de Saint-Antoine

Une nouvelle signalisation sera bientôt mise en place./ Photo DDM, J.Sch.
Une nouvelle signalisation sera bientôt mise en place./ Photo DDM, J.Sch.

La passerelle pour piétons et vélos au-dessus de la RN 21 à hauteur de la déviation de Saint-Antoine a beaucoup fait parler d’elle depuis sa mise en place il y a 15 jours. Le passage de deux convois exceptionnels transportant des bateaux, mercredi et jeudi dernier, avaient en effet entraîné de gros embouteillages : les camions avaient dû franchir le pont au pas et même s’arrêter afin de ne pas emporter le tablier. Des témoins avaient indiqué à la gendarmerie que, jeudi dernier, le convoi exceptionnel avait dû rebrousser chemin et passer par le bourg de Saint-Antoine.

L’État, sollicité depuis jeudi dernier, a fini par s’exprimer, hier, par l’intermédiaire de Béatrice Bonnichon-Daubins, chef de la division infrastructures pour la région : Le convoi de la semaine dernière n’a pas fait demi-tour : il s’est arrêté pour abaisser la remorque et pouvoir ainsi passer sous la passerelle sans aucun risque. C’est une procédure classique qu’il effectue régulièrement tout au long de son trajet. Les convois de moins de 5 m de hauteur (N.D.L.R. 4,75 m en se référant aux panneaux de signalisation en place depuis mardi) peuvent emprunter cet itinéraire. Ceux de plus de 5 m passent autre part, par la Gironde».

Pas de modification envisagée

«En l’état actuel des choses, cette passerelle est aux normes de circulation. Une signalétique provisoire vient d’être mise en place. Tous les transporteurs sont au courant de son existence, et ils sont tenus de reconnaître l’itinéraire avant de partir. Ils savent donc tous où et comment passer. Le gabarit de la passerelle est cohérent par rapport à cet axe de circulation. Il n’est donc pas envisagé de modification».

Reste à savoir si les bouchons monstres constatés la semaine dernière seront désormais monnaie courante ou si la communication auprès des transporteurs les incitera à se reporter sur des axes plus commodes. Car la déviation de Saint-Antoine, sera, à terme, une deux fois deux voies. Devoir faire la queue derrière un camion en attendant qu’un bateau passe sous un pont serait quand même le comble pour une voie rapide.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.