L’Ecole Occitane d’Eté (EOE), création de Marceau Esquieu, menacée de disparition…

Marceau Esquieu lors de l’inauguration de l’Ecole et de la Bibliothèque qui portent son nom, Juin 2013.

Il y a 43 ans, Marceau Esquieu, Antonin de souche et de coeur, créait l’Ecole Occitane d’Eté, pour contribuer à la sauvegarde, à la conservation et à la transmission de la langue et de la culture occitane.

En cette fin d’année 2017, l’Ecole Occitane d’Eté, est gravement menacée de disparition. Ses dirigeants lancent un pressant appel à l’aide pour maintenir en vie cette institution qui nous est chère.

SAINT-ANTOINE-A-LA-UNE se devait de relayer cet appel en souvenir de son créateur :

Amigas, Amics,

Una baissa de las ajudas, las recèptas dels darrièrs estagis insufisentas, l’agotament de las nòstras resèrvas, menan la nòstra associacion sul solhet de la falhida. 
Ja per onorar las darrièras escasenças, foguèrem dins l’obligacion d’un manlèu que nos consentiguèt un sòci de l’associacion.
En esperar las avanças sus las subvencions venentas – que riscan encara de se demesir o per d’unas benlèu de desaparéisser completament, – sens un appòrt novèl d’argent nos caldrà botar la clau jos la pòrta : la situacion nos permet pas de tenir dincas als estagis 2018. 
Seriá la fin de l’aventura entemenada fa quaranta tres ans ; seriá la fin d’aquel estagi d’occitan per immersion, lo sol que se fague ; un utís de mai per promòure, ensenhar, illustrar, far viure la lenga nòstra se brigalhariá ; una lutz que lusís dempuèi quaranta tres ans s’escantiriá ; l’abeurador que i son venguts se desassedar un public de primo-locutors, neo-locutors, artistas, escrivans, desconeguts e celebritats, ancians suls camins de memòria, jovens e jovenòts que son l’avenidor de la nòstra lenga (public novèl representant 70% cada an, aquel abeurador s’assecariá. La lenga nòstra se perdriá un membre.
Per dus còps ja, en 2008 e en 2014, avètz salvat l’E.O.E. ambe las vòstras contribucions ; sens vosautres, l’E.O.E. auriá ja desaparegut. Uèi encara, un còp de mai, lo cotèl jos la gargamèla, sèm obligats de parar la man e de demandar a totes los que pòdon de contribuir a la salvason de l’E.O.E. 
La vòstra ajuda es lo sol mejan de tirar del fangàs l’E.O.E., un utís unenc qu’a fait sas pròvas e que far totjorn mestièr, uèi mai que jamai, per l’avenidor de la nòstra lenga e de la nòstra cultura.
Podèm pas comptar que sus nosautres. Me pòdi pas plegar a l’idèia que sèm a morir o que sèm ja mòrts. Ai besonh de creire que tota l’energia desplegada dempuèi un mièg segle se pòt pas avalir dins lo non-res.
Anèm, l’alba tornarà puntejar, ne soi convençut, l’esperarem amassa e un maitin tornarem cantar.
Per l’E.O.E., per l’occitan, d’avança vos mercegi.

Une baisse des subventions, les recettes des derniers stages insuffisentes, nos réserves épuisées, mènent notre association sur le seuil de la faillitte.
Déjà pour honorer les dernières dépenses, nous avons été dans l’obligation de faire un emprunt que nous a consenti un membre de l’association.
En attente des acomptes des subventions à venir – qui risquent encore de baisser ou pour d’autres de disparaître complètement – sans un apport nouveau d’argent il nous faudra mettre la clé sous la porte : la situation ne nous permet pas de tenir jusqu’aux stages 2018.
Ce serait la fin de l’aventure entamée il y a quarante trois ans ; ce serait la fin de ce stage d’occitan par immersion, le seul qui se fasse ; un outil de plus, pour promouvoir, enseigner, illustrer, faire vivre notre langue, se briserait ; une lumière qui éclaire depuis quarante trois ans s’éteindrait ; l’abreuvoir, où sont venus se désaltérer un public de primo-locuteurs, néo-locuteurs, artistes, écrivains, méconnus ou célébrités, anciens sur les chemins de la mémoire, jeunes et plus jeunes encore qui sont l’avenir de notre langue (public nouveau représentant 70 % chaque année), cet abreuvoir se tarirait. Notre langue perdrait un membre.
Par deux fois déjà, en 2008 et 2014, vous avez sauvé l’EOE avec vos contributions ; sans vous, l’EOE aurait déjà disparu. Aujourd’hui encore, une fois de plus, le couteau sous la gorge, nous sommes dans l’obligation de tendre la main et de demander à tous ceux qui peuvent de contribuer à sauver l’EOE.
Votre aide est le seul moyen de tirer l’EOE du pétrin, un outil unique qui a fait ses preuves et dont elle a besoin, aujourd’hui plus que jamais, pour l’avenir de notre langue et de notre culture.
Nous ne pouvons compter que sur nous. Je ne peux pas me plier à l’idée que nous allons mourir ou que nous sommes déjà morts. J’ai besoin de croire que toute l’énergie dépliée depuis un demi-siècle ne peut pas s’anéantir dans le néant.
Allons, l’aube pointera de nouveau, j’en suis convaincu, nous l’attendrons ensemble et un matin nous pourrons de nouveau chanter.

Bernat BERGÉ,vici president de l’E.O.E.-IEO 47.
 

P.S. : Trobaretz en PJ la letra de crida als dons e/o cotizacions + un formulari de completar. Vous trouverez en PJ la lettre d’appel à dons ou cotisations + un formulaire à compléter.

Escòla Occitana d’Estiu (EOE-IEO 47)
Section départementale de l’Institut d’Études Occitanes et COORDINACION QUINZENA OCCITANA http://quinzenaoccitana.monsite-orange.fr/
16 rue de Pujols 47300 VILLENEUVE-sur-LOT Tel : 05 53 41 32 43

*********

Pour mémoire :

Saint-Antoine a déjà Honoré Marceau Esquieu, en donnant, en 2014, son nom à l’Ecole Publique et à la Bibliothèque Municipale de la Commune.

Le groupe Scolaire et Bibliothèque Marceau Esquieu à Saint-Antoine, Juin 2013

L’inauguration du Groupe scolaire et Bibliothèque Marceau Esquieu, Juin 2013.

Par ailleurs, l’actuel Président de l’EOE, successeur de Marceau Esquieu, Peire Boissière, est déjà venu à Saint-Antoine, à deux reprises, au cours des derniers mois, pour une Conférence sur les noms de lieux et pour un concert sur les Chants et Musiques traditionnels du Haut-Agenais.

La Conférence sur les noms de lieux donnée par Pèire Boissière en Septembre 2016

Peire Boissière lors de son concert donné au Fical’Rock en Mai 2017.

Les Antonins auront donc à coeur de participer à la sauvegarde de l’Ecole Occitane d’Eté, en adressant leurs contributions  à l’aide du bulletin ci-après :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.