Les TAP à l’Ecole Marceau Esquieu de Saint-Antoine de Ficalba

Dans la Dépêche du Midi du 16 Février 2018 :

Les écoliers apprécient les TAP(1) mis en place à l’école

Les TAP se déroulent dans les locaux de l'école, du CLAE/ Photo DDM
Les TAP se déroulent dans les locaux de l’école, du CLAE/ Photo DDM

La mairie et l’école antonines ont fait le choix de continuer les TAP appréciés des enfants mais aussi des parents contents de constater que les enfants sont heureux d’y participer. Gérés par la CLAE en accord avec la mairie, les ateliers et activités font le plein. Pour la semaine de rentrée, après ces petites vacances, il y aura une belle diversité d’animations : activités manuelles/arts plastiques, construction d’une pièce de théâtre, jeux d’éveil, tennis de table, jeux collectifs et de société, mosaïque, sport musique, création petit journal, initiation 1er secours, activité gymnique. Les écoliers qui participent à ces animations sont répartis par âge et portent des noms d’instruments de musique : les harmonicas, violons, trompettes, guitares, contrebasses, clarinettes. Cela fonctionne grâce à des personnels municipaux de l’école, d’enseignants, d’associations, d’une artiste professionnelle et du SDIS qui mettent leur savoir-faire à disposition de nos têtes blondes et brunes.

(1) TAP = Temps d’Activités Périscolaires.
Nota : L’Association VIVRE SAINT-ANTOINE contribue à ces travaux en mettant à la disposition de la Mairie, pendant toute l’année scolaire, Mme Annick Lamouroux animatrice bénévole qui anime l’atelier de Mosaïque.

Saint-Antoine de Ficalba à l’honneur dans la Presse locale, ce Dimanche 28 Janvier 2018…

Ce Dimanche 28 Janvier 2018, le “Petit Bleu” de l’Agenais et la “Dépêche du Midi” consacrent, sous la plume de Françoise Modéran, une page entière au petit Village de Saint-Antoine de Ficalba.

En voici quelques extraits :

Un village riche de son histoire et de son patrimoine

Les cornières de Saint-Antoine, un petit joyau d'architecture. / Photos Le Petit Bleu Françoise Modéran
Les cornières de Saint-Antoine, un petit joyau d’architecture. / Photos Le Petit Bleu Françoise Modéran.

Que l’on arrive de Villeneuve ou d’Agen, le tracé de la RN21 demeure omniprésent. Aussi, Saint-Antoine-de-Ficalba donne l’impression d’être un village rue, sans âme. Pourtant, ce n’est pas le cas. Laissez-vous emporter par la curiosité. Depuis les années 1830, le village avait une école. En 1870, une mairie-école est construite. Elle est agrandie vers 1939 par l’architecte Gaston Rapin qui est chargé d’édifier une nouvelle mairie. Quand on pénètre enfin dans le vieux village, on voit qu’il a gardé l’empreinte de l’ordre des Hospitaliers de Saint-Antoine. La commune en était une commanderie au XIVe. De cette époque subsistent les Cornières. Ce sont des couverts où les hospitaliers accueillaient et soignaient les malades atteints du mal des ardents. L’ordre s’était fait une spécialité de soigner ce mal dû à l’ingestion d’un parasite du seigle. La première église paroissiale dédiée à Saint-Martin se trouvait à Peyrat. En ruine, elle a été détruite. Sur son emplacement, le lac de Peyrat voit le jour au XXe. Pour y accéder, on passe devant une fontaine monumentale qui alimente un lavoir. L’église paroissiale Saint-Antoine a été reconstruite au XVIe. Son clocher mur, percé de 2 ouvertures accueille les cloches.

Imposant foirail

La porte d’entrée se trouve au pied du clocher. L’imposant foirail qui a accueilli jusque dans les années 1950 des foires mensuelles se trouve non loin, avec le monument aux morts. Dans la campagne, il est possible de voir la demeure de Peyroutas construite à la fin du Moyen-Âge, le manoir de Pech Lambert du XVIIIe, la tour de Péchou une maison forte du XIIe. Saint-Antoine-de-Ficalba, c’est partir dans une aventure ancrée dans le temps. Alors, autant en profiter pour découvrir une association innovante et partager les souvenirs de Gérard Formaggio .

 

Une asso qui joue la carte de l’innovation

L’association Vivre Saint-Antoine a été créée dans les années 1980-90. Mandataire de mécénat d’entreprises, l’association peut agir pour mener des actions fortes dans le développement socio-économique de Saint-Antoine-de-Ficalba. C’est ainsi que Vivre Saint-Antoine s’est impliqué dans la réouverture du Fical’Rock lui accordant une subvention puis en y organisant des activités socioculturelles. Pour aider au développement des activités d’artisanat d’art de l’atelier de sculpture sur bois d’Eve de Laneuville à Péchon, l’association a créé par convention un Centre Antonin expérimental des arts appliqués. L’association soutient activement les activités périscolaires (Tap) en prenant en charge l’organisation d’ateliers. Elle aide les animations organisées par la mairie. Elle s’engage aussi auprès des associations du village pour la réalisation d’actions socioculturelles.

Grâce à ces actions, Vivre Saint-Antoine est présente dans la vie économique et socioculturelle de la commune. Elle met en place des actions mémorielles qui permettent de renouer les liens intergénérationnels.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter www.saint-antoine-a-la-une.fr et www.defense-du-cadre-de-vie.fr

Bernard Ajon est maire depuis 2014.

Sympathique rencontre entre les enfants de l’Ecole et les aînés du Club Espoir, ce Vendredi 26 Janvier, à Saint-Antoine.

C’est maintenant une tradition bien établie : tous les ans, en Janvier, une “Rencontre des Générations” est organisée entre le Club Espoir et les enfants de l’Ecole Publique de Saint-Antoine.

Dans ce rituel immuable, les enfants de l’école (105, s’il vous plait !), ont interprété, par groupes, et avec coeur, plusieurs chansonnettes que les maîtres leur avaient enseignées et fait répéter avec patience et talent.

Les enfants participant aux activités de CLAE (Centre de loisirs) se sont même mesurés à “l’idole des jeunes” en interprétant un remarquable “Allumez le Feu”…

Puis, ce fut aux aînés, d’offrir aux enfants un spectacle, magnifiquement conduit par Anne-Marie Frias qui a su captiver et faire s’exprimer la centaine de “Têtes blondes Antonines”…

Enfin, ce fut le grand partage des galettes des Rois, copieusement arrosées de Jus de fruits…

Grand moment de convivialité et de partage… A renouveler… incontestablement…

Gérard Formaggio.

*******

Dans la “Dépêche du Midi du 30 Janvier 2018 :

Les générations réunies

Belle fête avec les aînés, galettes et conteuse !/ Photo C.Leclercq
Belle fête avec les aînés, galettes et conteuse !/ Photo C.Leclercq

On ne sait pas trop qui sont les plus heureux lors des rencontres intergénérationnels : les écoliers ou les aînés ? Car si l’on voit des étoiles dans les yeux des aînés retrouvant leurs petits-enfants ou simplement au contact de gamins, et des rayons de soleil dans les yeux des écoliers accueillis, on ne doute pas un instant du bienfait de ces rencontres. Chansons, contes merveilleux d’Anne-Marie Frias (la surprise de cette année !), avec des échanges autour de bonnes galettes fabriquées par le boulanger du village Jean-Marie Conges ! Tous se sont régalés et se sont amusés. C’était bien le but de ce bel après-midi. Un rendez-vous à réitérer sans tarder. Des bravos aux club et école communale !

Plus de Boulanger-Pâtissier à Saint-Antoine dès la fin Juin 2018…

La nouvelle est bien triste, mais réelle : fin Juin 2018, dans moins de 6 mois, Jean-Marie Conges, notre Boulanger-Pâtissier-Confiseur, cesse son activité à Saint-Antoine.
Pour l’heure, aucun repreneur ne s’est manifesté…
Dans son numéro du 16 Janvier 2018, La Dépêche du Midi nous rappelle ce futur peu réjouissant pour notre village…

Des artisans chocolatiers

Galettes et chocolats à gogo chez les pâtissiers./ Photo DDM Rabez
Galettes et chocolats à gogo chez les pâtissiers./ Photo DDM Rabez

Il n’est plus vraiment nécessaire de décrire le travail de Jean-Marie et Isabelle Conges, chacun dans son domaine de travail, car leur notoriété est au zénith et semble augmenter d’année en année. Isabelle assure un service compétent, souriant, que ce soit au comptoir ou au service postal et confection des fleurs de «bonbons de chocolat et sucre» pour les fêtes. Jean-Marie excelle dans la pâtisserie et dans la création chaque année de tant de sujets de chocolats divers (dont celui destiné aux diabétiques qui fait fureur !), de gâteaux pour familles et/ou individuels ; et bien sûr les pains et viennoiseries. Mais tout ceci devrait s’arrêter fin juin car le couple mettra fin à son activité et quittera le village.La Dépêche du Midi.

Au Conseil Municipal de Saint-Antoine de Ficalba du 15 Janvier 2018…

Réunion du Conseil municipal

La réunion des élus se déroule en mairie./ Photo DDM.Rabez
La réunion des élus se déroule en mairie./ Photo DDM.Rabez

Le conseil municipal se réunira lundi 15 janvier en mairie à 20 h 30 pour un ordre du jour chargé : décision modificative ; dépenses d’investissement à engager et mandater avant le vote du budget 2018 ; CAGV : convention accompagnement numérique, transfert compétence en matière de création et gestion d’un crématorium, évaluation des charges transférées ; motions : du service public santé et de solidarité pour la survie de la ruralité. Informations-questions diverses : PLUI zonage et plan d’orientation, cantine mise en place de produits bio, CLAE réflexion sur l’organisation du périscolaire à la rentrée 2018 ; budget-investissement 2018.

La fête de Noël à l’école de Saint-Antoine (La Dépêche du Midi du 3 Janvier 2018)

Yurgen et Florette ont rejoint nos écoliers

Yurgen et Florette ont bien plu aux enfants/ Photo DDM M.-P. Rabez
Yurgen et Florette ont bien plu aux enfants/ Photo DDM M.-P. Rabez

La fête de Noël s’est bien déroulée pour nos écoliers qui ont bénéficié de diverses bonnes choses pour les rendre heureux avant de partir en vacances : la cantinière Monique leur a préparé un repas jugé «fabuleux» et les bûches de circonstance ont été offertes par le pâtissier chocolatier local Jean-Marie Conges et même le Père Noël est passé dans les classes afin de donner un cadeau à chaque enfant impatient de découvrir le contenu des paquets !

Le vendredi, avant de commencer les vacances à la maison, il y a eu un grand et beau spectacle avec Yurgen et Florette, des magiciens formidables qui réalisent des tours de magie extraordinaires. Les yeux des bambins se sont écarquillés et les enfants ont vraiment ri. Les aînés partageront la galette avec l’école le 26 janvier, à 14 h, au CLAE.

La Municipalité de Saint-Antoine et les Compteurs Linky…

Dans la Dépêche du Midi du 29 Décembre 2017 :

Le conseil se montre prudent face au Linky

Bien des incidents (dont incendies) sur des compteurs Linky./  Photo G. Formaggio
Bien des incidents (dont incendies) sur des compteurs Linky.

«Le conseil municipal, après en avoir délibéré, adopte la motion à soumettre au SDEE47, portant sur la demande d’un délai supplémentaire accordé aux usagers résidant sur la commune au regard du déploiement du compteur Linky sur le territoire de la commune de Saint-Antoine-de-Ficalba, dans l’attente des résultats d’une expertise multidisciplinaire par une instance neutre, qui devra répondre en particulier sur les points suivants : responsabilité de la commune en cas de sinistre imputable directement ou indirectement au compteur Linky, les risques d’atteinte à la sécurité publique ou celle des biens et des personnes, pouvant résulter de pannes ou de piratages informatiques ; l’intérêt économique du déploiement dans un contexte particulièrement défavorable, dans lequel l’Etat recapitalise ENEDIS à hauteur de 3 Mds d’euros alors qu’il réduit dans le même temps les dotations des collectivités de façon drastique». Pour plus de précisions sur ce dossier, on peut contacter la mairie.

Notre amie Christine Mourgues expose à la Galerie de Gajac…

Les Antonins ont mille et une raisons d’aimer Christine Mourgues : Elle est notre charmante voisine de Pujols, toujours souriante et pleine d’humour ; elle est une artiste peintre-peintre confirmée, débordante de talent ; et elle a eu la gentillesse, en cette année 2017, de venir à Saint-Antoine, à 3 reprises, pour animer des sessions “Sorties-découvertes” de l’art du Pastel au cours desquelles elle a initié à cet art appliqué, quelque 25 participants…Nous irons voir ses dernières créations, exposées en sa galerie de gajac, rue de Penne, à Villeneuve-sur-Lot, encore pendant quelques semaines…Que du bonheur…

**********

Christine Mourgues expose à la galerie de Gajac

Christine Mourgues devant une de ses œuvres./Photo DDM, A. L.
Christine Mourgues devant une de ses œuvres./Photo DDM, A. L.

Au premier regard, la lumière prédomine. La pureté du trait, la délicatesse, la ligne épurée. cette artiste est une perfectionniste, des centaines d’heures de travail, des semaines sur chacune de ses toiles. Des regards profonds qui vous séduisent, des nus criants de vie. L’artiste Christine Mourgues aborde avec autant de dextérité toutes les techniques graphiques, dessins, pastels, huiles, qui deviennent une véritable alchimie, digne de son maître, Patrick Bétaudier, auprès de qui elle a étudié douze ans durant. Elle utilise entre autres subtilités, une technique mixte, émulsion d’huile qu’elle puise dans les origines des maîtres italiens de la Renaissance.

Christine Mourgues possède un bel univers personnel, tout en transparences évanescentes, en filigranes.

Nous nous trouvons parfois transportés vers un univers presque hyperréaliste mais le plus souvent l’imaginaire laisse perler le rêve.