Hommage de Renée Pouget, du Club Espoir, à Karin et David Meignan, « La Rouquiquinante »…

Karin et David Meignan

Karin, David et Dominique avec le Club Espoir, le 7 Avril 2017

 

Karin et David sur scène à Saint-Antoine, le 7 Avril 2017

Bonjour Karin et David
 
Je viens d’apprendre que vous arrêtez les concerts et j’en suis toute retournée !
Depuis le temps que je vous connais, de village en village, de salle de spectacle en salle de spectacle, vous en avez enchanté des auditeurs et je vous croyais éternels !!!
 
Déçue bien évidemment, mais ainsi va la vie, c’est votre décision et elle se défend : quand on n’a plus la « niaque » il vaut mieux arrêter car on ne fait plus du bon boulot…
 
Sachez que vous nous avez régalés lors de vos 2 passages à St Antoine de Ficalba, entre émotion et présence sur scène, une belle voix sur de beaux textes, et la magie a opéré les 2 fois.
 
Il nous reste les photos !
 
Le Club ESPOIR vous embrasse et tout St ANTOINE vous souhaite bonne route.
Bien amicalement
Renée, secrétaire du Club Espoir

Ouvert depuis 4 mois, le Fical’Rock fait le plein…

Dans la « Dépêche du Midi » du 29 Août 2017 :

Tous au «Fical’Rock»!

Dans le choix d'animations, le billard a ses adeptes!/ Photo DDM
Dans le choix d’animations, le billard a ses adeptes!/ Photo DDM

Les soirées animées proposées par Stéphanie en son Fical’Rock correspondent manifestement à une attente puisqu’ils ont fait le plein à chaque rendez-vous toutes générations ! Et ceux qui sont annoncés pour ce mois de rentrée sont eux aussi bien tentants :

Jeudi 7 septembre reprise de la belote comme chaque 1er jeudi du mois, samedi 9 soirée-concert avec repas brandade de morue, jeudi 14 tarot (comme chaque 2e jeudi du mois), samedi 16 soirée karaoké en dégustant des bruchettas, frites maison, salade, jeudi 21 jeux de société (apporter ses jeux pour les faire découvrir aux autres), il y aura aussi billard, bien sûr fléchettes, cartes, dés, baby-foot.

Réservations au tél.05 53 40 93 42.

Cartes postales de Colombie…

Sylvain et Olivia Blanche, randonneurs Antonins devant l’éternel, nous adressent, cet été, quelques photos souvenirs de Bogota..

Comme toujours, sac à dos, nos baroudeurs vont parcourir la Colombie ; les yeux grand ouverts sur les beautés, mais aussi sur les misères du monde.

Voici les premières photos des magnifiques monuments de la capitale Colombienne, mais aussi de la grande Favela du sud de cette agglomération de 7 millions d’habitants…

BOGOTA

Photo : Sylvain Blanche

La relève de la garde devant le Palais Présidentiel

Photo : Sylvain Blanche

Photo : Sylvain Blanche

Photo : Sylvain Blanche

Photo : Sylvain Blanche

Avec, comme première « promenade », une grimpette au sommet du Cerro de Monserrate à 3200 mètres d’altitude et 1500 marches pour y parvenir…

VILLA DE LEYVA

Photo : Sylvain Blanche

Photo : Sylvain Blanche

Colombiens en fête…

Photo : Sylvain Blanche

Marchés très fournis pour de gros mangeurs de viande…

Photo : Sylvain Blanche

Photo : Sylvain Blanche

BARRICHALA

Photo : Sylvain Blanche

Photo : Sylvain Blanche

Photo : Sylvain Blanche

Photo : Sylvain Blanche

PARC DE TYRONA

La mer des Caraïbes – Photo Sylvain Blanche

Photo : Sylvain Blanche

Habitat Tyrona – Photo Sylvain Blanche

Olivia devant son palace sans étoiles et terre Tyrona…

 

Photo Sylvain Blanche

MINCA

Salle de classe (Classe unique) pour 40 élèves, un maître… et  40° degrés à l’ombre à midi…

Sylvain sur le « Pont de Tancarville » local…

CARTHAGENE DES INDES

Photo Sylvain Blanche

Photo : Sylvain Blanche

Photo : Sylvain Blanche

Photo : Sylvain Blanche

DE CARTHAGENE A MEDDELIN

Grande ferveur : des églises bondées…

Le foot omniprésent…

La fête est permanente…

Des rues et des habitations très colorées…

La misère, la drogue et l’alcool à même les trottoirs.

JARDINS ET VALLEE DE COCORA

Photo : Sylvain Blanche

Des palmiers de plus de 50 m de haut

Olivia en pleine forme…

Olivia en Rando…

Dans la Vallée de Cocora

CHEZ LES GUAMBINAS DE SYLVIA

Peuple Gambinas de Colombie. Photo : Sylvain Blanche

Olivia fait son marché à SYLVIA

Costumes traditionnels de Guambinas. Photo Sylvain Blanche

Magnifiques tissus réalisés par les Guambinas. Photo : Sylvain Blanche.

La troisième BOURSE AUX VELOS de Saint-Antoine de ce Dimanche 2 Juillet 2017…

Plus de 200 vélos exposés, à vendre ou à échanger, pour cette troisième bourse aux vélos organisée par l’association « La gaie Pédale » de Saint-Antoine, ce Dimanche 2 Juillet 2017.

Des vélos de toutes tailles, de toutes formes, pour toutes les bourses…

Du vélo de course en carbonne à 3500 €…

Jusqu’au petit vélo à 10€…

En passant par le vélo électrique…

Et le Vélosolex des années 50…

Jusqu’au vélo à deux places…

Une occasion, aussi, de retrouver les copains…

Ou de rire un bon coup…

Heureuse initiative… A suivre… GF

Dans la Dépêche du Midi du 20 Juillet 2017 :

Succès total pour la 3e bourse aux vélos

Enormément de vélos installés dehors mais aussi en salle./ Photo DDM.
Enormément de vélos installés dehors mais aussi en salle./ Photo DDM.

On s’en doutait un peu, le succès de cette troisième bourse aux vélos, doublée d’un vide-greniers, a été une grande réussite. Le nombre de personnes ayant confié leurs vélos de courses, de loisirs et vélos d’enfants pour les mettre en vente était encore grandissant. Cela démontre que cette manifestation correspond bien à un besoin des familles car les enfants grandissent et ceux qui pratiquent le vélo apprécient de changer de monture de temps en temps ! Ce fut parfaitement bien organisé et félicitations ne peuvent qu’arriver jusqu’aux bénévoles de «La Pédale antonine» qui a mis à contribution tous ses adhérents cyclistes passionnés pendant les deux jours publics mais aussi en amont pour beaucoup de démarches et autorisations nécessaires. Le vide-greniers lui aussi a eu son succès et de belles affaires s’y sont déroulées pour la joie des vendeurs et des acheteurs. Toutefois, on ne peut regretter le nombre diminué par rapport aux autres années des stands d’exposants. Dommage car le public était bien là. Les associations ont tenu durant ce dimanche-là la buvette et la restauration rapide fut bien appréciée. C’était vraiment une belle mobilisation !

Le Gîte Rural de Gazelle, à Saint-Antoine de Ficalba, à l’honneur…

Le plus beau gîte de France est dans le Lot-et-Garonne

Avant, en 2013 (voir le médaillon) et aujourd'hui. Un architecte, Dominique Dumas, a été associé à la réhabilitation de ce lieu unique. /Photos DR.
Avant, en 2013 (voir le médaillon) et aujourd’hui. Un architecte, Dominique Dumas, a été associé à la réhabilitation de ce lieu unique. /Photos DR.

La Grange de Gazelle et les efforts de ses propriétaires ont été récompensés lors de l’assemblée générale de Gîtes de France à Laval (Mayenne). Distinction nationale pour le Lot-et-Garonne et Saint-Antoine de Ficalba.

Le nombre d’épis est cinq, c’est le maximum possible dans le classement Gîtes de France. Mais La grange de Gazelle a encore franchi une étape à Laval, lors de l’assemblée générale nationale du label. Excusez du peu, Anne Pourcharesse la propriétaire est revenue de la Mayenne avec le prix du plus beau gîte de France 2017.

C’est le fruit de plus de vingt ans d’efforts pour réhabiliter ce site de Gazelle à Saint-Antoine de Ficalba. «Il y a vingt ans, on avait fait la première moitié», sourit Anne Pourcharesse. «Il s’agissait pour nous de sauver ce patrimoine et il fallait faire l’autre moitié.»

Bonne Image pour tous

Le plus beau gîte du label national est donc à Saint-Antoine de Ficalba sur la route de Villeneuve à la sortie d’Agen. «Je suis assez fière pour la commune, pour le département, dont l’une des atouts reste le tourisme» détaille cette infirmière libérale qui conserve son activité professionnelle encore aujourd’hui.

Les doutes ont parfois été présents quand la direction de Gîtes de France a aligné les montants d’investissement nécessaires pour transformer une grange certes bourrée de ce charme ancien, en un gîte cinq épis. «Les porteurs de projet sont des gens endurants, passionnés et impliqués» confirme Brigitte Bersauter, la directrice du réseau en Lot-et-Garonne. «Ils s’engagent dans un très gros investissement pas seulement financier, mais également émotionnel et personnel.»

«Maison de famille»

Anne Pourcharesse le dit avec d’autres mots, son engagement dans un projet que Gites de France qualifie de «hors normes.» Ce projet «n’est pas fait pour recevoir des gens comme ça, simplement. J’avais à l’idée de créer une maison de famille, comme celles que l’on aime rejoindre pour retrouver les gens qui nous sont chers.» Elle ajoute d’ailleurs qu’elle ne «cherche pas la surexposition» même si ce prix national est reçu au lieu-dit Gazelle comme un honneur. «C’est une valorisation de l’énergie que l’on a mise dans ce projet de réhabilitation.»

Des soutiens

Anne Pourcharesse ne veut pas s’attarder sur le montant des travaux au point final de ces aménagements haut de gamme. Ils sont à cinq zéros. L’investissement a reçu le soutien du conseil régional Nouvelle Aquitaine et du conseil départemental de Lot-et-Garonne. La réponse fuse quand Anne Pourcharesse est interrogée sur l’épineuse équation du financement et des soutiens possibles ou pas. «Cette exigence, on l’avait déjà par l’amour que l’on porte à ces pierres, à ce patrimoine.» Sous-entendu, rien ne pouvait empêcher la gazelle de courir.


Plan national

Au-delà de la récompense nationale unique, le prix reçu par La Grange de Gazelle à Laval courant mai doit bénéficier au Lot-et-Garonne. Un plan de communication national doit être mis sur pied pour ce gîte 5 épis, ce dont devrait bénéficier le tourisme départemental dans les prochains mois.