Saint-Antoine de Ficalba à l’honneur dans la Presse locale, ce Dimanche 28 Janvier 2018…

Ce Dimanche 28 Janvier 2018, le “Petit Bleu” de l’Agenais et la “Dépêche du Midi” consacrent, sous la plume de Françoise Modéran, une page entière au petit Village de Saint-Antoine de Ficalba.

En voici quelques extraits :

Un village riche de son histoire et de son patrimoine

Les cornières de Saint-Antoine, un petit joyau d'architecture. / Photos Le Petit Bleu Françoise Modéran
Les cornières de Saint-Antoine, un petit joyau d’architecture. / Photos Le Petit Bleu Françoise Modéran.

Que l’on arrive de Villeneuve ou d’Agen, le tracé de la RN21 demeure omniprésent. Aussi, Saint-Antoine-de-Ficalba donne l’impression d’être un village rue, sans âme. Pourtant, ce n’est pas le cas. Laissez-vous emporter par la curiosité. Depuis les années 1830, le village avait une école. En 1870, une mairie-école est construite. Elle est agrandie vers 1939 par l’architecte Gaston Rapin qui est chargé d’édifier une nouvelle mairie. Quand on pénètre enfin dans le vieux village, on voit qu’il a gardé l’empreinte de l’ordre des Hospitaliers de Saint-Antoine. La commune en était une commanderie au XIVe. De cette époque subsistent les Cornières. Ce sont des couverts où les hospitaliers accueillaient et soignaient les malades atteints du mal des ardents. L’ordre s’était fait une spécialité de soigner ce mal dû à l’ingestion d’un parasite du seigle. La première église paroissiale dédiée à Saint-Martin se trouvait à Peyrat. En ruine, elle a été détruite. Sur son emplacement, le lac de Peyrat voit le jour au XXe. Pour y accéder, on passe devant une fontaine monumentale qui alimente un lavoir. L’église paroissiale Saint-Antoine a été reconstruite au XVIe. Son clocher mur, percé de 2 ouvertures accueille les cloches.

Imposant foirail

La porte d’entrée se trouve au pied du clocher. L’imposant foirail qui a accueilli jusque dans les années 1950 des foires mensuelles se trouve non loin, avec le monument aux morts. Dans la campagne, il est possible de voir la demeure de Peyroutas construite à la fin du Moyen-Âge, le manoir de Pech Lambert du XVIIIe, la tour de Péchou une maison forte du XIIe. Saint-Antoine-de-Ficalba, c’est partir dans une aventure ancrée dans le temps. Alors, autant en profiter pour découvrir une association innovante et partager les souvenirs de Gérard Formaggio .

 

Une asso qui joue la carte de l’innovation

L’association Vivre Saint-Antoine a été créée dans les années 1980-90. Mandataire de mécénat d’entreprises, l’association peut agir pour mener des actions fortes dans le développement socio-économique de Saint-Antoine-de-Ficalba. C’est ainsi que Vivre Saint-Antoine s’est impliqué dans la réouverture du Fical’Rock lui accordant une subvention puis en y organisant des activités socioculturelles. Pour aider au développement des activités d’artisanat d’art de l’atelier de sculpture sur bois d’Eve de Laneuville à Péchon, l’association a créé par convention un Centre Antonin expérimental des arts appliqués. L’association soutient activement les activités périscolaires (Tap) en prenant en charge l’organisation d’ateliers. Elle aide les animations organisées par la mairie. Elle s’engage aussi auprès des associations du village pour la réalisation d’actions socioculturelles.

Grâce à ces actions, Vivre Saint-Antoine est présente dans la vie économique et socioculturelle de la commune. Elle met en place des actions mémorielles qui permettent de renouer les liens intergénérationnels.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter www.saint-antoine-a-la-une.fr et www.defense-du-cadre-de-vie.fr

Bernard Ajon est maire depuis 2014.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.